Propriétaire bailleur, évitez les loyers impayés !

Les loyers impayés demeurent le principal risque à investir dans le marché locatif. Heureusement, il est possible de s’en prémunir grâce à différentes pratiques. De l’analyse des candidatures à la vérification des dossiers fournis par les locataires potentiels, en passant par l’exigence d’un garant, découvrez les mesures de précaution pour être sûr de percevoir vos loyers à temps.

Soyez méticuleux lorsque vous choisissez votre locataire

Le premier réflexe à avoir pour louer votre bien en toute sérénité est d’analyser avec soin chaque candidature. Afin d’éviter les mauvaises surprises, assurez-vous que votre futur locataire est solvable. Prêtez une attention particulière à ses ressources. Sont-elles suffisantes pour couvrir le loyer, en plus des autres dépenses courantes et occasionnelles (factures, courses, loisirs, carburant, etc.) ?

Dans la mesure du possible, privilégiez les profils faisant preuve d’une situation financière stable, soit :

  • Les fonctionnaires ;
  • Les employés en CDI ;
  • Les travailleurs indépendants installés depuis longtemps.

Priorisez les candidats faisant appel à un garant

La constitution d’un garant compte parmi les moyens les plus sûrs à disposition des bailleurs pour obtenir le règlement de leurs loyers. Cette caution (parent ou ami par exemple) s’engage à prendre le relai si jamais le locataire refuse ou est dans l’impossibilité de payer son dû. Cela inclut le loyer, mais aussi les charges et les dégradations.

L’autre solution consiste à faire figurer le dépôt de garantie dans la liste des critères de sélection. La somme exigée reste bloquée dans un compte bancaire. Le bailleur pourra ainsi récupérer son loyer en cas d’impayé.

Vérifiez soigneusement les pièces du dossier

En affaires, que ce soit en matière de location immobilière ou dans d’autres domaines, il est essentiel de savoir à l’avance avec qui vous allez collaborer. En tant que propriétaire bailleur, il vous revient de réaliser une investigation poussée sur votre futur locataire. Demandez notamment aux candidats de fournir les pièces suivantes afin de déterminer s’ils sont dignes de confiance ou non :

  • Un justificatif d’identité (passeport, carte d’identité ou carte de séjour) ;
  • Un justificatif de domicile (attestation d’hébergement ou dernières quittances de loyer) ;
  • Un justificatif d’emploi (contrat de travail, convention de stage, extrait Kbis…) ;
  • Un ou plusieurs justificatifs de revenus (bulletins de salaire, avis d’imposition ou bilans comptables).

Le risque d’impayés est élevé s’il manque un document important dans le dossier. Idem si l’une des pièces est falsifiée !

Bénéficiez d’une garantie solide de paiement grâce à la GLI

L’assurance GLI ou Garantie Loyer Impayé est un contrat que le bailleur souscrit personnellement. Comme son nom l’indique, elle permet d’obtenir un remboursement en cas d’impayés de loyers, mais pas que ! Le contrat peut également couvrir :

  • Les dégradations à la récupération du bien loué ;
  • Les honoraires d’avocat, l’intervention d’un serrurier ainsi que les frais d’huissier et de justice lorsqu’il est nécessaire d’engager une procédure d’expulsion ou de recouvrement ;
  • Le départ prématuré du preneur.

Attention ! Si le propriétaire a recours à la GLI, il lui est interdit d’exiger une caution de la part du locataire, à l’exception des apprentis et des étudiants. Il faut également noter que les assureurs requièrent un certain nombre de conditions d’éligibilité comme la solvabilité du preneur.

Faites en sorte de maintenir de bonnes relations bailleur-locataire

En location immobilière, entretenir une relation conviviale avec le locataire est primordial. Afin d’éviter les conflits inutiles, privilégiez toujours les échanges. Si vous instaurez un climat de confiance, sans tension et basé sur le respect mutuel dès le départ, le preneur s’efforcera d’être à jour dans le règlement des loyers. Il n’hésitera pas à vous en parler en cas de coup dur ou de contretemps. À vous de lui proposer une porte de sortie !

Enfin, rappelez-vous qu’un arrangement amiable reste moins contraignant comparé à une action en justice. Concrètement, si votre locataire n’honore pas ses engagements dans le délai convenu, le plus simple est de le contacter directement. Envoyez-lui un SMS ou appelez-le en guise de rappel. Un défaut de paiement peut en effet résulter d’un simple oubli, d’un accident, etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *